Select text and listen to it!

Printemps 2018

Message de la présidente du conseil

Les tempêtes, le froid et la neige de l’hiver vont bientôt faire place à des jours plus ensoleillés et plus chauds propices à l’éclosion des nouvelles pousses. Ceci vaut aussi dans la sphère humaine, où les nouvelles idées germent au printemps. Un regain d’optimisme nous saisit alors que nous testons des idées neuves pour revigorer les communautés des TA partout au pays. Nous sommes aussi à la recherche de nouveaux talents pour renforcer nos initiatives de soutien aux familles vivant avec des TA. Si vous croyez avoir l’énergie et l’imagination voulues pour trouver de nouvelles façons d’appuyer notre communauté, faites-nous signe! Le printemps est synonyme de renouveau et d’initiatives inédites.

Thealzel Lee
Présidente du conseil, Association canadienne des troubles d’apprentissage

Message de la directrice générale

La Loi sur les perspectives d’emploi des personnes handicapées

Comme vous le savez, lorsque les personnes handicapées commencent à gagner un revenu, non seulement elles paient de l’impôt, mais elles doivent aussi faire face à une forte récupération de leur revenu, des mesures de soutien pour les médicaments, le logement et autres. Cela signifie qu’elles peuvent perdre plus qu’elles ne gagnent à décrocher un emploi, à obtenir une augmentation de salaire ou à travailler plus d’heures.

Cette situation, Linda Chamberlain la connaît très bien. « Après s’être débattue pendant 30 ans contre des problèmes de schizophrénie, d’itinérance et de pauvreté, Mme Chamberlain a enfin décroché un emploi1 », écrit Catherine Porter, ancienne journaliste du Toronto Star. Pour la récompenser, le gouvernement a augmenté son loyer de presque 500 % et a coupé sa prestation d’invalidité. Au final, elle avait donc 260 $ de moins dans ses poches chaque mois, parce qu’elle travaillait2. Elle n’avait donc aucun autre choix que de quitter son emploi et de continuer de vivre dans la pauvreté.

La situation de Linda n’a rien d’unique. « Selon l’Enquête canadienne sur l’incapacité réalisée en 2012 par Statistique Canada, plus de 650 000 personnes handicapées de 15 à 64 ans qui ne participaient pas au marché du travail au moment de l’enquête ont indiqué qu’elles avaient déjà travaillé ou étaient capables de le faire. Environ 94 000 d’entre elles étaient d’avis qu’elles perdraient une partie de leur soutien additionnel si elles travaillaient, et environ 82 300 personnes étaient d’avis que leur revenu baisserait3 ».

Le projet de loi

La Loi sur les perspectives d’emploi des personnes handicapées vise à garantir aux travailleurs ayant une incapacité qu’ils ne perdront jamais plus en prestations et en impôts que ce qu’ils gagnent grâce à leur travail. Pour ce faire, le projet de loi propose trois étapes.

Calculs. Le projet de loi obligerait Finances Canada à calculer le montant que les personnes handicapées dans chaque province perdent en impôts et en récupération de leurs prestations pour chaque tranche supplémentaire de 1 000 $ de revenu de travail qu’elles gagnent, jusqu’à concurrence de 30 000 $. Le calcul des dispositions de récupération comprendrait les pertes de prestations comme celles liées à l’aide sociale, au logement, aux médicaments et ainsi de suite. Pour faire ces calculs, le Ministère utiliserait des renseignements publics au sujet de l’admissibilité aux prestations et des règles fiscales plutôt que des renseignements personnels ou privés sur l’impôt et les prestations d’une personne.

Mesure. Si le calcul confirmait que les personnes handicapées perdent plus qu’elles ne gagnent en raison des récupérations, le ministre des Finances devrait évaluer s’il serait opportun de modifier le supplément pour les personnes handicapées de la Prestation fiscale pour revenu de travail, les prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada ou toute autre mesure fiscale fédérale pour s’assurer que les personnes handicapées profitent toujours de leur travail.
Si le ministre jugeait que les impôts et les dispositions de récupération provinciaux sont à l’origine du problème, il consulterait la province pour tenter de remédier à la situation.

Application. La Loi sur les perspectives d’emploi des personnes handicapées assujettirait à une autre condition la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces : elle exigerait des provinces qu’elles gèrent leurs impôts et leurs transferts de manière à éviter que les personnes handicapées aient plus à perdre qu’à gagner de leur travail.

Conclusion

Ce projet de loi ne sera adopté au Parlement qu’avec l’aide des organisations et  leurs membres comme le nôtre dans le réseau de l’ATAs. Donc, si vous croyez que les gouvernements devraient récompenser plutôt que punir le travail des personnes handicapées, faites entendre votre voix dans le cadre de la Loi sur les perspectives d’emploi des personnes handicapées.

Voici deux choses que vous pouvez faire pour contribuer à l’adoption du projet de loi :

  • Veuillez encourager vos députés locaux à voter pour la Loi sur les perspectives d’emploi des personnes handicapées. Et demandez à vos amis, à votre famille et à vos partisans de faire de même.
  • Utilisez le mot-clic #OpportunityAct sur les médias sociaux pour appuyer le projet de loi et en discuter.

Claudette Larocque
Directrice générale, Association canadienne des troubles d’apprentissage
Email: claudette@ldac-acta.ca

Rapports des comités

Comité juridique : À la recherche d’un responsable

Soucieux de poursuivre ses travaux, le comité juridique cherche une personne pour le diriger et organiser les réunions trimestrielles par conférence téléphonique. Si vous vous intéressez aux questions juridiques entourant les TA et avez un excellent sens de l’organisation, nous vous invitons à envisager d’exercer bénévolement cette fonction.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Claudette au bureau de l’ACTA. claudette@ldac-acta.ca

Comité de recherche

Le comité de recherche publie dans le bulletin de courts articles sur les recherches et les chercheurs canadiens dans le domaine des troubles d’apprentissage. Cette fois-ci, nous présentons Karen MacMillan.

Karen MacMillan, PhD, est psychologue agréée et codirectrice générale de Foothills Academy à Calgary. Membre du Conseil consultatif professionnel (CCP) de l’ACTA, elle a récemment parlé de la manière dont les nouvelles recherches orientent la façon dont on effectue les évaluations psycho-éducatives.

Ces dernières années, notamment aux États-Unis, elle a observé un délaissement des évaluations axées sur le modèle de réponse à l’intervention et les modèles de divergence entre les capacités et les réalisations au profit d’une approche davantage centrée sur l’identification des atouts et des faiblesses. Les psychologues de Foothills apprécient de pouvoir utiliser à la fois les nouvelles directives du DSM-5 et la définition des troubles d’apprentissage de l’ACTA dont se sert également le ministère de l’Éducation de l’Alberta. Relativement à la fréquence des évaluations, Karen MacMillan considère que des réévaluations s’imposent lors des transitions scolaires (p. ex., du primaire au secondaire; du secondaire au postsecondaire) ou lorsqu’une réorientation pédagogique significative s’impose.

Karen MacMillan estime que bien des parents ne comprennent pas suffisamment le diagnostic de leurs enfants et encourage les professionnels à mieux renseigner les parents. Dans le cadre de leurs services communautaires, les psychologues de Foothills offrent désormais une consultation de suivi aux parents après que ceux-ci ont eu l’occasion d’assimiler l’information communiquée lors de la rencontre de compte rendu de l’évaluation initiale.

Alors que les meilleures pratiques d’évaluation continuent d’évoluer, Karen MacMillan encourage les psychologues agréés à actualiser régulièrement leurs connaissances et les parents à faire leurs devoirs lorsqu’ils font évaluer leur enfant

Comité des communications

Lancement du nouveau site web de l’ACTA
Fin février, l’ACTA a achevé la refonte de son site web : www.ldac-acta.ca.

Nous avons renouvelé l’apparence et le contenu du site, qui a été repensé pour être plus accessible et procurer une meilleure expérience. Nous avons ajouté du contenu destiné spécifiquement aux parents, aux adultes et aux professionnels. La section En savoir plus donne des renseignements essentiels sur les fondamentaux des TA, avec des documents de position et des recherches. Une nouvelle section Participez renferme des liens vers différentes formes de dons et vers les ressources des ATA provinciales/territoriales.

Nous continuerons d’ajouter du contenu au site (y compris dans la nouvelle section Nouvelles et blogue), le tout en français et en anglais. Le site a été conçu et développé par notre développeur web : Inter-vision.

Bob Cram – président
Membres : Lorrie Goegan, Brendan O’Neill, Claudette Larocque, Gerald MacPherson, Scott Patterson

Note de sensibilisation

Barbara McElgunn, conseillère bénévole en politique de santé à l’ACTA et Lynn Green, représentante de l’ACTA auprès du PCSEE

Partenariat canadien pour la santé des enfants et l’environnement (PCSEE)

L’ACTA est un membre fondateur du PCSEE. En collaboration avec la Fédération canadienne des services de garde à l’enfance, le PCSEE coordonne la Journée des écoles en santé. Veuillez signer la pétition demandant le dépistage du radon dans les écoles.

La Journée des écoles en santé aura lieu le 3 avril 2018 https://lajourneedesecolesensante.ca  #lajourneedesecolesensante

Le mois dernier, Barbara a participé à un entretien consultatif avec des ONG, Santé Canada et Environnement Canada au sujet de la décision concernant la gestion des risques posés par le triclosan (TCS). Le TCS et 18 autres antimicrobiens ont été bannis des savons pour les mains aux États-Unis. Or, dans son évaluation des risques, Santé Canada a déterminé que le TCS ne pose pas de risque pour la santé aux niveaux d’exposition actuels. Depuis 2011, l’ACTA a présenté trois documents d’observations appelant à des mesures plus musclées dans ce domaine. L’an dernier, et à nouveau ce mois-ci, l’Association canadienne du droit de l’environnement, l’ACTA et d’autres organismes ont présenté des références et des mémoires détaillés sur la proposition de gestion des risques qui n’inclut pas de mesures à l’égard des produits d’hygiène personnelle.

Sans fil cinquième génération (5G) : La 5G crée un important enjeu de santé publique. Les scientifiques ne s’entendent pas du tout sur les risques liés à l’exposition aux radiations électromagnétiques émises par ces champs à bien plus haute fréquence qui s’ajouteront aux radiations électromagnétiques ambiantes provenant actuellement des appareils, routeurs et tours de téléphonie cellulaire. La 5G exigera l’installation de nombreuses antennes petites mais puissantes le long des artères urbaines et des routes, à proximité des gens. Jusqu’à maintenant, les grands médias sont muets à ce sujet. Nous vous invitons à lire la fiche d’information sur la 5G (en anglais) dans le site de l’Environmental Health Trust.
https://ehtrust.org/wp-content/uploads/5G_What-You-Need-to-Know_International-2.pdf

Virage vers des substances chimiques plus sûres aux États-Unis

Barbara McElgunn a également rédigé un article sur l’adoption de substances chimiques plus sûres par les entreprises américaines, dont vous pouvez demander la version française à Claudette. La version anglaise de l’article a paru dans le Monitor, publication du Centre canadien de politiques alternatives, et a été envoyée à toutes les ATA P/T pour qu’elles le diffusent.

Vous pouvez télécharger le numéro de janvier/février 2018 du Monitor ici : https://www.policyalternatives.ca/publications/monitor/monitor-januaryfebruary-2018. Vous trouverez l’article de Barbara McElgunn à la page 53.

Activités provinciales/territoriales

Manitoba

Je tiens à vous présenter Bob Essex, jeune homme qui entreprend un grand projet cycliste pour sensibiliser le public aux TA et soutenir l’ATA Manitoba et notre réseau. Ce printemps et cet été, Bob parcourt le Canada à vélo pour la cause qui nous tient à cœur!

Diplômé récent de l’Université de Winnipeg, Bob a souffert de difficultés de lecture et de TDAH qui n’ont été diagnostiqués qu’au début de l’âge adulte. Comme il le dit, ce diagnostic de dyslexie, puis de TDAH a littéralement changé sa vie de jeune adulte aux études.

Les bienfaits ont été tels qu’il a pris contact avec l’ATA Manitoba et lui a fait part de son rêve de pédaler de Vancouver à la côte Est pour soutenir notre organisation et faire mieux connaître les troubles d’apprentissage. Nous sommes fiers et honorés d’être partie prenante de son parcours à vélo au printemps et à l’été.

Cette aventure nous enthousiasme et nous sommes impatients d’entendre les témoignages et les messages que Bob recueillera et partagera durant son expédition à travers le pays. Nous espérons faire de cet exploit un point de mire de notre cause commune.

Bob a représenté l’ATA Manitoba au relais du flambeau de la dignité organisé par Manitobans for Human Rights l’été dernier. De plus, il a pris la parole lors de la classique de golf ATAM-Mercer en août 2017 et lors de notre dîner Rendez-vous avec une star le 31 janvier dernier. Il entreprend ce périple pour se faire entendre et aider les autres personnes ayant des TA ou un TDAH à réaliser leurs rêves.

Vous pouvez vous brancher à cette initiative dans les médias sociaux :
https://www.bobsbikeride.ca/blog/
https://www.gofundme.com/bobs-bike-ride
Ou me contacter directement pour plus de renseignements : ldamanitoba4@mymts.net; tél. 204 774 1821 -14.

Soyons tous solidaires du cheminement de Bob!
Marilyn MacKinnon, Directrice générale, ATA Manitoba

Saskatchewan

Je suis très heureux de me joindre à l’Association des troubles d’apprentissage de la Saskatchewan (ATAS) à titre de directeur général. Je suis impatient de nouer de nombreux contacts avec vous durant les mois et les années qui viennent. Je tiens à collaborer avec les autres intervenants de notre domaine ailleurs au Canada et j’espère multiplier les rencontres en personne alors que je prends mes marques dans mes nouvelles fonctions.

Je sais que j’ai beaucoup à apprendre, mais je considère chaque nouveau défi comme une occasion de m’épanouir. Depuis mon entrée en poste le 22 janvier, je me familiarise avec les nombreux programmes de l’ATAS et j’ai rencontré tous les membres du personnel de nos trois établissements dans la province. Je peux affirmer sincèrement que chacun de nos employés est altruiste et s’applique à répondre aux besoins de la clientèle que nous servons. C’est une bénédiction de travailler avec une équipe aussi formidable de professionnels hautement compétents et très dévoués.

Ma carrière m’a ouvert bien des avenues professionnelles. Durant les 30 années que j’ai passées à travailler dans l’éducation secondaire et postsecondaire et dans diverses organisations gouvernementales, j’ai souvent eu le privilège de collaborer et réseauter avec l’ATAS. J’aborde maintenant une nouvelle étape de ma carrière qui me donnera l’occasion de me concentrer sur les besoins d’une clientèle diversifiée d’apprenants en Saskatchewan et au-delà. Je trouve stimulant de faire partie d’une organisation qui soutient des gens très différents aux prises avec divers handicaps dans nos collectivités. J’espère poursuivre et approfondir l’excellent travail qui a fait le succès de l’ATAS. Parallèlement, je compte réseauter et m’associer avec vous pour contribuer à la réalisation des objectifs de l’ACTA à l’échelle nationale.

Sur le plan personnel, j’ai six enfants. Mes deux benjamines (jumelles de 11 ans) sont nées prématurément à 24 semaines de gestation. Étant de grandes prématurées, elles doivent surmonter plusieurs défis de taille. Mon épouse et moi consacrons beaucoup de temps et de ressources à naviguer dans les méandres des réseaux communautaires et scolaires afin de leur procurer un apprentissage et une expérience de vie qui leur permettront d’être le plus autonomes possible. Comme bien des parents, nous devons souvent affronter des obstacles et des blocages. Par conséquent, tant sur le plan personnel que professionnel, la décision d’assumer ce poste à l’ATAS n’a pas été difficile à prendre.

Jusqu’à maintenant, l’entrée dans mes nouvelles fonctions a été très positive d’un point de vue professionnel et personnel. Je suis impatient de travailler avec vous pour rehausser le potentiel d’apprentissage dans nos communautés.

Wayne Stadnyk, Directeur général, ATAS

Activités, conférences et autres nouvelles

Clubs de lecture d’été accessibles dans les bibliothèques locales

Chaque année, des bibliothèques mettent sur pied des clubs de lecture d’été pour encourager la lecture estivale, mais les enfants ayant des difficultés d’apprentissage sont parfois confrontés à des obstacles lorsqu’ils veulent y participer.

Le Centre d’accès équitable aux bibliothèques (CAÉB) collabore avec des bibliothèques de partout au pays pour aider les enfants incapables de lire les imprimés à participer à des programmes comme le Club de lecture d’été TD (CLÉTD) et d’autres encore, en leur fournissant du matériel ou des livres accessibles.

Le programme du Club de lecture d’été TD propose des versions accessibles des ouvrages les plus recommandés ainsi que des blocs-notes accessibles, des histoires audio sur CD et des textes électroniques du contenu des blocs-notes.  Kevin Sylvester, l’auteur vedette du CLÉTD de cette année, publiera en outre une histoire à épisodes en version audio sur le site Web du CLÉTD. Les blocs-notes accessibles du CLÉTD comprennent des fonctions audio et en braille, et sont disponibles gratuitement dans les bibliothèques publiques participantes.

Le CAÉB encourage toutes les bibliothèques, qu’elles prennent part au CLÉTD ou qu’elles aient leur propre club, à mettre sur pied des programmes inclusifs et accessibles, et à offrir des livres en formats accessibles par le biais du CAÉB.

Le CAÉB fournit des services à 96 pour cent des quelque trois millions de Canadiens incapables de lire les imprimés. Son fonds de plus de 80 000 titres accessibles comprend des livres de tous genres pour tous les âges ainsi que 150 magazines et 50 journaux. Les clients du CAÉB ont par ailleurs la possibilité d’avoir gratuitement leur propre compte Bookshare.org. Les enseignants peuvent également accéder aux ressources du CAÉB au nom de leurs apprenants incapables de lire les imprimés.

Nous vous invitons à encourager vos membres à se rendre à leur bibliothèque ou à consulter la page www.celalibrary.ca pour obtenir plus d’information.
Conférence EdRev, parce qu’une personne sur cinq a des problèmes d’apprentissage ou d’attention, 21 avril 2018, San Francisco : https://www.edrevsf.org/.

Conférences

Conférence EdRev, parce qu’une personne sur cinq a des problèmes d’apprentissage ou d’attention, 21 avril 2018, San Francisco : https://www.edrevsf.org/.

Les conférences suivantes ont déjà eu lieu, mais vous pouvez consulter leur programme pour savoir quand et où elles se tiendront l’an prochain.

Conférence annuelle de la Learning Disabilities Association of America, 18-21 février 2019, Fort Worth (Texas) : https://ldaamerica.org/events/annual-conference/

La 44e édition du congrès de l’Institut des troubles d’apprentissage (Institut TA) aura lieu au printemps 2019. Pour consulter les dates du congrès, s’il vous plaît visitez le site web http://www.institutta.com/congres/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click to listen highlighted text!